Karine Frenette-G

Karine Frenette-G

Salut, je m’appelle Karine, je suis co-propriĂ©taire du studio Ă©clat solaire. Vous pouvez en apprendre davantage sur moi en tant que personne et mes projets actuels lĂ -bas.

Je suis une dĂ©veloppeure web, mais j’ai dessinĂ© Ă  peu prĂšs toute ma vie. Si vous ĂȘtes intĂ©ressĂ© par le web, vous pouvez trouver mes diatribes web par ici.

DĂ©veloppement artistique

L’art et le code ont toujours Ă©tĂ© Ă©troitement liĂ©s dans ma vie, donc je vais dĂ©ambuler sur la façon dont j’ai grandi en tant qu’artiste et inclure mes racines de nerd. Pardon.

J’ai eu de la chance que, en grandissant, mon pĂšre dessinait et faisait de la peinture acrylique. Il a encouragĂ© mon frĂšre et moi Ă  faire de l’art comme activitĂ©s extracurriculaires pendant que nous Ă©tions Ă  l’école primaire et secondaire.

Enfant, je ne faisais que dessiner des femmes. J’ai grandi en jouant d’innombrables heures sur les jeux Sonic et en lisant des mangas Sailor Moon. Tout ce que je voulais faire Ă©tait de concevoir des vĂȘtements mignons et de crĂ©er des mondes pour mes personnages adorables.

ƒuvre d’art signĂ© Karine 2002. Je devrais faire le truc « redessinĂ© aujourd’hui » avec ceux-ci…

Mon pĂšre a Ă©galement lancĂ© une entreprise en 1999, ce qui m’a incitĂ© Ă  apprendre le HTML en jouant sur son site web. Je suis aussi tombĂ©e dans Neopets Ă  l’époque, mais je voulais concevoir un jeu concurrent. Plusieurs des fonctionnalitĂ©s du jeux m’énervaient et je sentais que je pouvais faire mieux.

J’ai commencĂ© Ă  coder en PHP autour de 2005 tout en concevant mes propres crĂ©atures bizarres pour mes nombreuses meilleures idĂ©es de jeu d’élevage. L’un d’eux dont je me souviens trĂšs bien Ă©tait un jeu de sirĂšne-panthĂšre Ă  Ă©lever. Celui-ci est restĂ© dans mon esprit vu que, v’lĂ  100 ans, mon frĂšre et moi s’étions engueulĂ©s et, pour m’attaquer personnellement, il avait supprimĂ© tous les fichiers PHP et croquis du projet qui Ă©taient sur le iMac familial. J’ai Ă©tĂ© salĂ©e Ă  ce sujet pendant un certain temps. Je lui rappelle encore parfois.

Pendant ce temps, Ă  l’école secondaire, j’étais dans un programme qui avait des cours d’informatique axĂ©s sur le multimĂ©dia. LĂ , j’ai appris sur la modĂ©lisation 3D, la composition avec Fruity Loop, le montage vidĂ©o, et plonger davantage dans la conception web. En classe, j’ai passĂ© la plupart du temps Ă  griffonner sur n’importe quelle surface des filles emo en style animĂ© japonais. Une fois, j’ai dessinĂ© sur un bureau de classe et il y est restĂ© une semaine. J’ai pris le compliment, vu personne n’avait eu envie de l’effacer tout ce temps. 😎

AprĂšs le secondaire, je me suis inscrite Ă  un collĂšge de design de mode. Il semblait logique puisque je voudrais dessiner des vĂȘtements cool sur les filles tout le temps, et j’étais intĂ©ressĂ©e au cosplay. C’était un bon temps et j’ai beaucoup appris, mais j’ai fini par dĂ©tester l’industrie aprĂšs un an et demi de cours, et je ne pouvais pas m’imaginer y travailler. J’ai encore des problĂšmes avec celle-ci aujourd’hui, mĂȘme avec la marchandise Print-on-demand. Ça me dĂ©range.

Cependant, l’école de mode a moulĂ© mon style artistique en quelque chose de nouveau. J’ai commencĂ© Ă  utiliser l’aquarelle et je me suis Ă©loignĂ© du style animĂ© japonais que j’avais l’habitude de faire. À ce moment-lĂ , j’avais un style caricatural pour les dessins de figures, Ă  la place. Il se pointe encore un peu aujourd’hui, bien que je lutte pour ne pas faire mes figures neuf tĂȘtes de haut.

ƒuvres de ma premiĂšre annĂ©e Ă  l’école de mode en 2009-2010. DĂ©solĂ©, je ne reconnaissais pas la valeur de prendre de meilleures photos Ă  l’époque.

AprĂšs l’école de mode, je suis allĂ© au CÉGEP et j’ai obtenu un diplĂŽme en intĂ©gration multimĂ©dia. C’est essentiellement une technique pour apprendre Ă  mettre des choses sur Internet dans diffĂ©rents formats. Avec l’accĂšs que j’ai eu aux ordinateurs et aux outils multimĂ©dias au cours de ma vie, ce diplĂŽme Ă©tait assez facile pour moi, et mĂȘme si je ne regrette certainement pas de l’avoir fait, je sens que je n’ai pas pousser autant que j’aurais pu. Eh bien.

Pendant ce temps, entre 2011 et 2013, j’ai dessinĂ© des trucs stupides pour mon personnage sur les mĂ©dias sociaux, Sailor Gible. Rien de bon cependant, mais j’ai appris quelques nouveaux outils dans le processus comme Fire Alpaca, puisque Photoshop n’était pas idĂ©al pour la peinture digitale. J’ai fait quelques amis, aussi, donc c’est bien.

J’ai trouvĂ© ça sur me.me ??? Qui a repostĂ© ces BDs ahaha
Quoi qu’il en soit, cette bande dessinĂ©e avait Ă©tĂ© faite pour un groupe cool de RP oĂč j’ai contribuĂ© avec seulement cette bande dessinĂ©e. Autour de 2012. Cela mĂ©rite de la critique :P.

Papers Please x Sailor Gible, 2013. Je me suis améliorée dans mes lignes digitales, au moins un peu, lors de ces années.

J’ai vraiment recommencĂ© Ă  pratiquer mon art en 2016 quand Beb et moi avions dĂ©cidĂ© de faire des jeux vidĂ©o. Depuis, j’ai eu un peu (beaucoup) peur de dessiner la plupart du temps. À ce jour, en avril 2020, je n’ai pas beaucoup de contenu de jeu Ă  montrer pour tout ça.

En 2017, j’ai rĂ©alisĂ© que YouTube avait une tonne de contenu utile. Je n’étais pas vraiment un utilisateur YouTube avant, mais maintenant c’est devenu un problĂšme. Je l’utilise beaucoup pour me mettre dans l’environnement mental du dessin. Écouter d’autres artistes parler de leur expĂ©rience, leurs techniques et leurs malheurs me touche Ă  un niveau profond. De plus, lors d’une lune bleue, ça m’inspire et je tombe en hyperfocus. C’est Ă  peu prĂšs les seules fois oĂč les dessins se font, cependant.

En avril 2020, avec maintenant un mois entier d’ĂȘtre coincĂ©e Ă  la maison, j’ai la preuve dĂ©finitive les raisons derriĂšre le fait que je ne dessine pas ne sont pas pas seulement questions d’ĂȘtre gĂ©nĂ©ralement fatiguĂ©e aprĂšs le travail. Je manque de concentration. Je n’ai pas de discipline Ă  dessiner rĂ©guliĂšrement. Je n’ai pas encore apprivoisĂ© cette partie de moi-mĂȘme.

En ce moment, si je peux dessiner pendant une heure d’affilĂ©e dans une journĂ©e, c’est beaucoup mieux que la plupart des jours oĂč Clip Studio Paint est en arriĂšre-plan 24/7 et rien ne se passe. Il est juste lĂ , m’humiliant silencieusement, la plupart du temps.

Ma prochaine stratĂ©gie serait de diffuser mes sĂ©ances de dessin, afin de me forcer Ă  dessiner pendant de longues pĂ©riodes de temps. Je ne peux pas accidentellement passer 3 heures sur Twitter s’il y a potentiellement un rando en ligne pour me juger, n’est-ce pas?

Mais j’y travaille. ConnaĂźtre son ennemi, c’est la moitiĂ© de la bataille.

ÉsotĂ©risme

Lorsque je ne fais pas de sites web, d’art ou de jeux, l’objectif principal de mon temps est le travail Ă©nergĂ©tique* et le dĂ©veloppement personnel. Je travaille Ă  temps partiel dans un magasin Ă©sotĂ©rique, oĂč :

  1. J’obtenir de l’expĂ©rience en marketing de dĂ©tail, Ă  la fois brique-et-mortier et en ligne ;
  2. J’aide les gens qui viennent à nous pour des conseils spirituels et de la vie ;
  3. Je coach et enseigne le développement extrasensoriel (axé sur la lecture de Tarot).

J’adore cette fraction de ma vie. J’aime parler Ă  une panoplie de gens diffĂ©rents et Ă  apprendre beaucoup de perspectives diffĂ©rentes. De plus, je crois que la spiritualitĂ© sous toutes ses formes est importante dans la vie de quelqu’un. Que vous vous rĂ©veilliez Ă  votre mission de vie, ou que vous choisissiez votre propre sens, cela n’a pas d’importance pour moi : je trouve tout cela magique !

*100% du travail Ă©nergĂ©tique auquel j’engage est via la communication. Je pense que c’est le moyen le plus efficace de le faire : il suffit d’utiliser votre voix. Cependant, j’ai un amour irrationnel du Tarot et de l’astrologie. Mais c’est surtout pour l’esthĂ©tique, comme moyen d’encadrer le contenu de ce qui doit ĂȘtre dit.

Ma pratique spirituelle personnelle est adaptĂ©e Ă  moi-mĂȘme. Je ne lui donne pas vraiment de nom. Chaque jour, j’essaie d’apprendre et de cumuler diffĂ©rentes expĂ©riences, de les distiller Ă  leurs Ă©lĂ©ments de base et d’essayer de les adapter Ă  tout le reste, comme un grand puzzle universel chaotique.

Mon principe de base avec la « vĂ©ritĂ© spirituelle » est la croyance qu’elle est multidimensionnelle et un produit de l’humanitĂ©. Elle ne peut donc pas ĂȘtre absolu ni parfait. Mon but n’est pas d’essayer de saisir une vĂ©ritĂ©, car je crois qu’elle serait inconsĂ©quentiel dans ma vie. De plus, j’ai des problĂšmes d’autoritĂ©, et je me battrais contre elle de toute façon. đŸ˜›

Je crois que n’importe pourrait trùs bien se convaincre de quoi que ce soit, et c’est important dans la mesure que cela les mùne dans la vie dans une direction satisfaisante.

Si je devais choisir une Ă©tiquette pour mieux dĂ©crire ce que je fais, j’orbite quelque part autour de praticien chaotique sĂ©culaire.

C’est tout pour ce qui est pertinent sur ce blog. Merci de l’avoir lu. 😊